COMMUNICATION RESPONSABLEsmile

 

SOIGNER SA (E-)RÉPUTATION : informer !

Pourquoi communiquer responsable ? Pour ne pas compromettre sa (e-)réputation, conforter sa « marque » auprès de ses clients comme de ses collaborateurs… Voire auprès de l’opinion publique

L’INFORMATION UTILE ET EFFICACE

SATISFACTION CLIENT ET COLLABORATEUR

À l’ère du digital et de l’immédiateté où les choses peuvent aller très vite face à des internautes de plus en plus exigeants, mieux vaut soigner sa (e)réputation ! En termes de satisfaction client, mais aussi de “marque employeur”.

Comment faire confiance si les produits ou services annoncés comme performants et adaptés à des besoins précis s’avèrent défectueux et décevants ? Une communication responsable sert la crédibilité de votre entreprise, association, organisme public ou privé…

ÉTABLIR LA CONFIANCE

Parler vrai, fournir des informations justes, utiles, suffisamment étayées, et assumer ses responsabilités au regard de la société, signifie communiquer responsable.

La confiance s’établit et se renforce par la transmission d’informations suffisamment fiables, de nature à rassurer quant à votre savoir-faire, la qualité de vos produits et/ou services… quant aux impacts des activités de votre entreprise sur la société.

 

ISO 26000 & COMMUNICATION RESPONSABLE

La qualité et l’efficacité d’une communication responsable passe par un travail collaboratif transversal, à 360°, méthodique et structuré. Se référer à la norme ISO 26000 pour élaborer sa communication interne comme externe représente un sérieux gage de crédibilité.

“REDEVABILITÉ” & TRANSPARENCE

Deux des 7 principes énoncés par l’ISO 26000, « Redevabilité » et « Transparence », donnent le cap d’une Communication responsable : rendre compte, se montrer  transparent sur ses activités et décisions. Les informations communiquées viennent illustrer une démarche “responsable”.


 

COMMENT COMMUNIQUER RESPONSABLE ?

Rendre compte par les faits !

Le contenu d’une communication responsable interne comme externe est alimenté par les faits. Les informations fournies sont précises, vérifiées, actualisées et accessibles, issues d’une collecte rigoureuse en interne comme auprès de ses autres parties prenantes.

INFORMER SANS FAUX-SEMBLANT

Selon l’ISO 26000, la qualité de ces informations dépend de celle du dialogue instauré avec ses différentes parties prenantes. Cette approche responsable requiert une réelle implication de chaque partie prenante dans la démarche, et ce à tous les niveaux de l’organisation.

ASSUMER SES IMPERFECTIONS

La question n’est pas de s’afficher « parfait », très rentable et irréprochable dans sa manière de respecter ses équipes, l’environnement, la société. L’exercice consiste plutôt à faire preuve d’une volonté sincère de faire au mieux pour favoriser un développement durable.

AFFICHER SES BONNES PRATIQUES

L’exercice est exigeant. Afficher ses bonnes pratiques ets un début. L’avancée est progressive. Le niveau d’exemplarité visé, à plus ou moins long terme, participe à la crédibilité.